Fondation des États-Unis | Jeudi 28 mars à 19h30 : Concert – Lauren Libaw, Daniel Schlosberg et Yaya Chang « Three Americans in Paris »
23901
single,single-post,postid-23901,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
affiche three americans in Paris - Copie

Jeudi 28 mars à 19h30 : Concert – Lauren Libaw, Daniel Schlosberg et Yaya Chang « Three Americans in Paris »

La soprano Lauren Libaw ( résidente à la FEU et boursière Harriet Hale Woolley en 2009-2010), le compositeur et pianiste Daniel Schlosberg et l’artiste Yaya Chang fêteront 10 ans de vie dans la ville lumière lors d’une soirée d’art et de musique intitulée “Trois Américains à Paris”. Le programme musical inclura la première représentation des nouvelles mélodies de Daniel Schlosberg sur la poésie de Lydia Davis, des mélodies de Charles Ives, des chansons classiques du cabaret français, et des oeuvres issues du Great American Songbook, de la comédie musicale contemporaine et de films américains par Herman, Sondheim, Tesori et Yeston. L’artiste Yaya Chang illuminera l’événement en présentant une sélection d’œuvres inspirées par les musiques jouées au cours de la soirée.

Entrée gratuite, réservation vivement conseillée :
Inscription en ligne
Rejoignez l’événement Facebook !

A propos des artistes 

Née en Californie, Lauren Libaw est de nationalité italienne et américaine. Elle a débuté ses études lyriques à la maîtrise du Los Angeles Opera et du Los Angeles Philharmonic. Étudiante à Yale, elle a remporté les deux concours de musique de l’université, trois prix académiques, et le Sudler Prize for the Arts, la plus haute distinction artistique de l’université. Elle étudie ensuite au Royal College of Music de Londres, et dans les masterclass de l’Aldeburgh Festival, l’Aspen Music Festival, la Fondation Royaumont, et de l’ensemble baroque parisien Opéra Fuoco. Elle remporte des prix dans plusieurs concours, dont le Solveig International Opera Competition, le Loren L. Zachary Competition et les Los Angeles Music Center Spotlight Awards. Lauren habite aujourd’hui à Paris.
La talentueuse soprano a été célébrée par les critiques du New York Times et du New Yorker pour sa voix “envoûtante et pleine de brio” et pour “la chaleur de son timbre et l’intensité de son expression”. Elle est diplômée de l’Université de Yale et du Royal College of Music de Londres. Lauren a fait ses débuts en Europe au Palais de Beaux-Arts de Bruxelles dans le rôle de l’Ange (Jephtha), puis a participé à de nombreuses productions en France, notamment à l’Opéra Royal de Versailles et au Théâtre des Champs-Élysées. À Londres, elle est invitée à donner des concerts au National Gallery, Royal Albert Hall, Victoria & Albert Museum, et Handel House. Elle se produit également en récital à Aix-en-Provence, Bruxelles, Florence, Oxford, New York et Los Angeles.
Ses rôles récents incluent Cendrillon (Cendrillon) au Tel Aviv-Yafo Opera Festival, Nannetta (Falstaff) à Royaumont, Norina (Don Pasquale) au Rye Arts Festival, Queen of Sheba (Solomon) au Crosseny Festival, et Lauretta (Gianni Schicchi) au Den Norske Opera, ainsi que Susanna (Le Nozze di Figaro), Zerlina (Don Giovanni), Rosmene (Imeneo) et Gretel (Hansel und Gretel) au Royal College of Music et Tirésias (Les Mamelles de Tirésias), Constance (Dialogues des Carmélites), Semele (Semele), Princèsse (L’Enfant et les Sortilèges), et Isifile (Giasone) à Yale. Elle interprète également des rôles d’opéras contemporains, en tant que Geraldine (A Hand of Bridge) à l’Aspen Music Festival, Amy March (Little Women) au Théâtre de Bruges, Endymion (Keepers of the Night) à Los Angeles, et Sister (A Country Doctor) à Yale University. Lauren chante aussi dans des comédies musicales, dans les rôles d’Amalia (She Loves Me), Christine (The Phantom of the Opera), Cosette (Les Misérables), Eliza (My Fair Lady), Julie (Carousel), Magnolia (Showboat), Maria (The Sound of Music), Maria (West Side Story), Marsinah (Kismet), Rapunzel (Into the Woods) et Sarah (Guys & Dolls). Suivez Lauren sur Facebook et Twitter !

La musique de Daniel Schlosberg, compositeur et pianiste, a été jouée par le Dover Quartet, l’Orchestre de Minnesota, l’Orchestre symphonique de Nashville, l’Orchestre symphonique d’Albany, l’Orchestre du Cabrillo Festival, l’Ensemble Lorelei, le Quatuor Amphion, l’Ensemble Contemporain d’Aspen et Antico Moderno dans des lieux tels que le Carnegie Hall, le National Sawdust, le Poisson Rouge, le Royal Albert Hall, l’Institut des Arts de Detroit, le Festival de Théâtre de Williamstown, et le Festival de musique moderne de Beijing. Daniel remporte en 2014 une bourse Charles Ives de l’Académie américaine des Arts et des Lettres, ainsi que deux fois les ASCAP Morton Gould Young Composer Awards. Sa musique a été acclamée par le New York Times et par WYNC’s Soundcheck. Parmi ses projets récents figurent une oeuvre de 30 minutes pour l’Orchestre symphonique d’Albany qui fera partie de leur projet Water Music NY, qui fêtera le bicentennaire du Canal de l’Erie, une fantaisie inspirée par la musique de Twin Peaks pour le Dover Quartet, une adaptation opératique-théâtrale de Once Five Years Pass de Federico García Lorca pour le Festival de Théâtre de Williamstown, et des commissions pour la Chamber Music Northwest, BodyVox, la programme CULTIVATE à la Maison de Aaron Copland, et le 50ème anniversaire de l’Orchestre symphonique de Yale. Daniel mène en parallèle de ses activités de compositeur une carrière internationale en tant que pianiste. Il est regulièrement invité par la Chamber Music Northwest et NOVUS NY, et se produit avec des homologues tels queDavid Shifrin, Peter Wiley, Ani Kavafian, et les Imani Winds. Daniel est le co-fondateur de l’ensemble des compositeurs-interprètes Invisible Anatomy, le co-directeur de musique de la Heartbeat Opera, et membre de l’ensemble de musique de chambre Cantata Profana. Il est titulaire d’un BA du Yale College et d’un MM,  un MMA et d’un DMA du Yale School of Music. Quand il n’est pas en train de composer et de jouer de la musique, Daniel fait des cookies. Son travail a été célébré comme “riche en détailles mais délicat” par le New York Times et “spirituel” et “ingénieux” par le Wall Street Journal.

Yaya Chang est une artiste franco-américano-chinoise. Élevée à New York et à Hong Kong, elle vit aujourd’hui à Paris (Belleville). Son travail est inspiré par son identité multi-culturelle, les endroits divers qu’elle considère comme chez elle, et ses personalités multiples qui ne s’accordent pas toujours. Ariane, connue par le nom Yaya, travaille avec les pastels, les huiles, l’acrylic, l’aquarelle et l’encre. Un de ses récents projets est « Routine: art, for her, is the spontaneous burst way from the daily grind of life ». Yaya, autodidacte, est convaincue qu’il ne faut pas avoir une licence en art pour être créatrice. Suivez-la sur Instagram !