Fondation des États-Unis | Du 4 au 19 décembre : Exposition – « Rhapsody in Blue » | Art-Hop Polis
25126
single,single-post,postid-25126,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
header

Du 4 au 19 décembre : Exposition – « Rhapsody in Blue » | Art-Hop Polis

La Fondation des Etats-Unis est ravie d’accueillir l’exposition « Rhapsody in Blue » de la collection de Charles-Edouard de Broin, qui ouvrira le 4 décembre dans le cadre d’Art-Hop-Polis ! L’exposition sera ouverte du 4 au 19 décembre.

Composée en 1924 par George Gershwin, « Rhapsody in Blue », l’une des œuvres orchestrales les plus populaires des Etats-Unis, était à ses yeux « une sorte de kaléidoscope musical de l’Amérique — de notre grand melting-pot, de notre dynamisme national inégalé, de notre blues ». Inspirée par le folklore populaire, jouant sur l’improvisation et la fantaisie, la rhapsodie de Gershwin donne au métissage national un singulier panache, dont le patchwork se fait l’écho textile.

Aux Etats-Unis, cette pratique de seconde main, qui commence avec le début de l’ère coloniale et scande l’histoire de la nation jusqu’à la période contemporaine sans discontinuer, est un art de la juxtaposition, soumis aux principes d’hétérogénéité et d’assemblage. Replaçant à l’infini ses pièces, pour librement orchestrer le devenir de l’Amérique à chacun de ses quilts, le patchwork se définit ainsi par nature rhapsodique, rejoignant ainsi l’étymologie du terme, rhaptein, qui signifie « coudre ».

Si le blues a tant inspiré Gershwin pour sa géniale composition, le bleu a fortement éveillé la création textile. En témoignent les magnifiques pièces de la collection de Charles-Edouard de Broin que la Fondation des Etats-Unis nous fait l’honneur d’accueillir pour une nouvelle exposition. Particulièrement populaires à la fin du XIX ème siècle, de la Pennsylvanie à la Caroline du Nord, en passant par l’Ohio, les indigos sont ici bien représentés, aux cotés du bleu sombre des quilts Amish ou du bleu-gris des vêtements des Confédérés, étoffant le dialogue entre textile et mémoire, jusqu’à donner parfois du bleu à l’âme. Versatile, le bleu se fait tour à tour classique, au sein de compositions géométriques (« Construction de la grange », « Escaliers » ), historiques (« Burgoyne assiégé») emblématiques (« Etoiles »), poétiques (« Vol d’Oies sauvages », « La Griffe du Diable ») jusqu’aux envolées lyriques du « Crazy » dont les étoiles de velours produisent d’envoutants effets optiques.

Kaléidoscope textile de l’Amérique dans tous ses états, cette exposition est une invitation à voir la vie en bleu.

~ Géraldine Chouard, commissaire de l’exposition

Charles-Edouard de Broin, collectionneur
« Sensible dès mon jeune âge à l’art populaire, j’ai rencontré le monde du patchwork du fait de mon activité professionnelle d’explorateur pétrolier, d’abord à Sydney, puis de façon plus approfondie à Houston, au Texas, la Mecque des fans du patchwork, où j’ai résidé de longues années.
Mon penchant esthétique pour ces quilts (fascination pour leur géométrie et leur impact graphique) s’est vite transformé en une passion pour leur dimension historique et culturelle, désormais l’objet majeur de mon intérêt pour la pratique.
Collectionneur de quilts depuis plus de trente ans, mes goûts ont évidemment évolué, des Log Cabin et de ses variations, aux quilts plus audacieux et/ou abstraits, en passant par les vibrants Amish, avec aujourd’hui un penchant nouveau (et sans doute un peu fou) pour les Crazy. »
Découvrez ici un entretien avec Charles-Edouard de Broin, réalisé lors de l’exposition à la FEU en 2016.

Géraldine Chouard, commissaire de l’exposition
Professeure à l’Université Paris-Dauphine, Géraldine Chouard est spécialiste de culture visuelle américaine, notamment de patchwork, son domaine de recherches. Ses travaux portent sur la valeur historique et culturelle de la pratique. Elle a collaboré à plusieurs expositions, notamment « Quilt Art: l’Art du patchwork », au Centre Mona Bismarck Center  en 2013.
Elle a réalisé avec Anne Crémieux (Université Paris-Ouest Nanterre) deux documentaires sur des artistes du patchwork, « Riché Richardson: Portrait of an Artist. From Montgomery to Paris » (2009) et « Gwendolyn Magee, Mississippi. Threads of History » (2012).
Elle a fait partie du comité de rédaction de L’Amérique des images, collectif consacré à l’histoire et culture visuelles des Etats-Unis (Hazan/Paris-Diderot, 2013).
Membre du comité de rédaction de Transatlantica depuis 2001, elle y dirige la section « Trans’Arts », consacrée aux arts visuels américains. Découvrez sa biographie détaillée ici.

Découvrez tous les projets de Géraldine Chouard et Charles-Edouard de Broin sur leur nouveau site.

Vernissage

Le vernissage aura lieu le mercredi 4 décembre de 19h00 à 20h30 dans le cadre d’Art-Hop-Polis, le art hopping de la Cité internationale. Découvrez le programme détaillé d’Art-Hop-Polis sur Citéscope et suivez la page Facebook pour plus d’informations.

Horaires d’ouverture

Du lundi au vendredi de 10h à 12h30 et 14h30 à 17h30.
Fermetures exceptionnelles les jeudi 12 et vendredi 13 décembre à partir de 12h30.
Visite le soir ou weekend sur rendez-vous : contact@feusa.org

Visites guidées

Visites guidées avec Géraldine Chouard et Charles-Edouard De Broin :
– vendredi 6 novembre à 14h30
– dimanche 8 décembre à 18h15 après le Rendez-vous Musical #64
– mardi 10 décembre à 14h30
– mardi 17 décembre à 14h30

Rejoignez l’événement Facebook pour recevoir un rappel !