Fondation des États-Unis | Mardi 7 mai à 19h30 : Printempo – Elias Rodriguez
24145
single,single-post,postid-24145,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
header Elias b&w

Mardi 7 mai à 19h30 : Printempo – Elias Rodriguez

Lors de ce premier récital de la série Printempo – les concerts de fin d’année des musiciens en résidence – Elias Rodriguez voulait créer un programme engagé du début à la fin sur le plan visuel et auditif :

Afin que, chaque fois que je reviendrai sur scène, le public n’ait aucune idée de ce qui suivra. En effet, chaque morceau de musique sera différent du précédent, en termes de style de composition, de genre, de sentiment, de texture et de son. Du jazz new-yorkais du XXe siècle au prélude français, chansons espagnoles et brésiliennes, avant-garde allemande, musique folklorique juive / klezmer et romantique allemand. Des œuvres pour clarinette et piano aux œuvres avec guitare, quatuor à cordes et même pour clarinette basse et accordéon. Le parcours musical sera géographique, historique mais aussi personnel. Je partagerai la scène avec tous les amis que j’ai rencontrés à Paris après mon déménagement de New York. J’ouvrirai donc le récital avec une oeuvre classique de New-York suivie d’une oeuvre classique de Paris : Trois Préludes de Gershwin et La Fille aux Cheveux de Lin de Claude Debussy. La soirée se terminera par l’interprétation d’une des pièces les plus belles, les plus profondes et les plus émouvantes de tous les temps: le Quintette en si mineur de Johannes Brahms pour clarinette et quatuor cordes.
~Elias Rodriguez

Entrée libre, réservation souhaitée :
Inscription en ligne
Rejoignez l’événement Facebook pour suivre l’actualité et recevoir un rappel

Le programme

New York City, États-Unis d’Amérique 1926
George Gershwin (1898-1937), Three Preludes adapté par James Cohn pour clarinette et piano
I. Allegro ben ritmato e deciso
II. Andante con moot e poco rubato
III. Allegro ben ritmato e deciso
Elias Rodriguez, clarinette et Clement Huber, piano

Paris, France 1909/10
Claude Debussy (1862-1918), La fille aux cheveux de lin
Elias Rodriguez, clarinette et Clement Huber, piano

Berlin, Allemagne 1993
Jörg Widmann (né 1973), Fantaisie pour clarinette solo
Elias Rodriguez, clarinette

Brésil, 1938/45
Heitor Villa Lobos (1887-1959), Bachianas Brasilerias, No. 5
Elias Rodriguez, clarinette et Sergio Herrera, guitare

Espagne, 1912
Manuel De Falla (1876-1946), « Nana » de Siete Canciones Populares Españolas
Elias Rodriguez, clarinette basse et Luis Gerardo Per-Meg, accordéon

Hongrie/Israel 2004
Béla Kovács (né 1937), Sholem-alekhem, rov Feidman!
Elias Rodriguez, clarinette et Clement Huber, piano

Allemagne, 1891
Johannes Brahms (1833-1897), Quintette pour clarinette et cordes en si mineur, opus 115
I. Allegro
II. Adagio
III. Andantino, Presto non assai, ma con sentimento
IV. Con moto
Elias Rodriguez, clarinette, Dhyani Heath, violon, Claudine Rippe, violon,
Jossalyn Jensen, alto et Andrew Briggs, violoncelle

Les musiciens

Le clarinettiste mexicain-américain Elias Rodriguez a fait ses débuts en solo à l’âge de 16 ans, après s’être produit dans une émission en direct de la série « From the Top » de NPR. Il est un ancien élève de The Orchestra Now, un orchestre préprofessionnel distingué composé de musiciens diplômés du monde entier et a reçu une bourse d’études de trois ans au Bard College, où il a obtenu une maîtrise en conservation, en critique et en études de performance. Elias a été invité à enseigner et à se produire dans des festivals de musique internationaux à travers les Amériques et l’Europe. Il a récemment donné des concerts au Grafenegg Festival en Autriche, au Carnegie Hall et au Lincoln Center à New York, donné des ateliers de maître à Cali, en Colombie, et interprété le 1er Concerto pour clarinette de Weber sur WMHT Radio New York. Elias a été salué pour sa « sonorité acrobatique douce, sa finesse féroce » et sa « dynamique virtuose ». (Millbrook Independent) et on peut l’entendre sur le label Hyperion Records, ainsi que dans le film documentaire « Forte », dont la sortie est prévue en janvier 2019. Il a récemment été demi-finaliste au Concours international de clarinette Matthew Ruggiero en 2017, mention honorable au Concours national de clarinette Harold Wright des États-Unis en 2018 et finaliste à l’audition Phoenix Symphony pour clarinette de 2016. Elias est titulaire d’une maîtrise en musique en interprétation de clarinette de l’Université du Michigan et d’un baccalauréat en éducation musicale de l’Université Baylor. Il est récipiendaire de la bourse Harriet Hale Woolley 2018-2019 et a obtenu une résidence d’artiste à la Fondation des États-Unis à Paris, France. Il est candidat au Cycle D’Exécution Professionnel Supérieur de l’Ecole Normale de Musique de Paris. Elias parle couramment l’anglais, l’espagnol et le français. Retrouvez Elias sur Facebook !

Andrew Briggs est originaire du Colorado et diplômé de la prestigieuse Juilliard School. Il a été soliste au Aspen Music Festival, à la Cello Biennale d’Amsterdam et aux Holland Music Sessions, artiste en résidence à l’Université de Wisconsin-Oshkosh, membre de Axiom Contemporary Ensemble, des Madison Bach Musicians et du Colorado Symphony, et artiste invité à Chicago, New York et Paris. Andrew est récipiendaire de la bourse Harriet Hale Woolley 2018-2019 et pratique toutes sortes de musique, du baroque au contemporain.

Née en 1994 à New York, la violoniste Dhyani Heath débuta dès l’âge de trois ans sa formation musical au piano, et le violon à l’âge de sept ans avec Sylveline Bourion et Pavel Feldman à Montréal, au Canada. Récemment, elle s’est produite en tant que soliste avec l’orchestre de chambre Galega dans le cadre du festival Groba 2017, comme jeune artiste invité au Vermont Mozart Festival 2018, ainsi que dans des récitals aux États-Unis, au Canada, et en Autriche. Sa passion pour la musique a été soutenue en tant que boursière de la Stephen and Denis Adams Scholarship, de la Phipps White Scholarship, et du prix Broadus Erle en 2018. Après avoir poursuivi des études avec Prof. Igor Ozim au Mozarteum Salzburg en Autriche et avec Prof. Hyo Kang au États-Unis, et elle a été reçu au Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris (CNSMDP) dans la class Prof. Michael Hentz où elle étudie actuellement.

Clément Huber obtient son prix de conservatoire en 2014 à l’unanimité du jury, et continue ses études de musique auprès de Michel Gaechter. Il passe son examen de licence d’interprète avec mention très bien et est admis en master dans la classe de Jean-Baptiste Fonlupt. Il est lauréat de la bourse américaine 2015, récompensé par un concert en direct à la radio Accent 4, et poursuit des projets à l’international en musique de chambre, improvisation et avec le grand répertoire. En 2018, Clément entre à l’école Normale de Musique dans la classe de Philippe Bianconi.

Jossalyn Jensen, altiste américaine, a commencé la musique à l’âge de 4 ans. Elle joue ses premiers solos à l’âge de 9 ans et elle a depuis donné des concerts aux Etats-Unis et en Europe. Elle a fini ses études au Cleveland Institute of Music et The Juilliard School où elle a été lauréate du Jack Kent Cook Graduate Artist Award. Elle poursuit ses études au Conservatoire national supérieur de musique de Paris et est lauréate de la bourse Harriet Hale Woolley 2017-2018. Elle a eu l’honneur de passer son été au Verbier Festival et au Lucerne Festival. Elle est aussi lauréate du Fulbright Grant 2016-2017.

Après des études au Conservatoire Hector Berlioz de Paris, Claudine Rippe poursuit ses études à la Hochschule fur Musik Saar dans la classe de David Grimal et de Joshua Epstein. Elle se produit au sein de divers orchestres tels que l’Orchestre des Lauréats du Conservatoire, l’Orchestre Régional de Tours, le Mannheimer Philharmoniker et bien d’autres. Passionnée de musique de chambre, elle se produit régulièrement dans des formations diverses allant du duo avec piano à l’orchestre de chambre.