Fondation des États-Unis | Jeudi 7 juin à 19h30 : Printempo – Christine Lee et Baptiste Tricot
22853
single,single-post,postid-22853,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
christine lee et baptiste tricot

Jeudi 7 juin à 19h30 : Printempo – Christine Lee et Baptiste Tricot

Pour ce quatrième concert Printempo – série de concerts de fin d’année des musiciens en résidence – Christine Lee, violoncelliste résidente à la Fondation des Etats-Unis, consacrera son récital au centenaire de la fin de la Première Guerre mondiale et jouera des œuvres de compositeurs directement touchés par ses ravages, à savoir Bridge, Debussy, Fauré et Poulenc. Elle sera accompagnée par le pianiste Baptiste Tricot.

Claude Debussy a écrit sa seule et unique sonate pour violoncelle en 1914, quatre ans seulement avant sa mort. Cette sonate faisait partie d’un ensemble de six pièces instrumentales qu’il a conçu comme une réponse personnelle et directe aux effets dévastateurs de la Première Guerre mondiale. Cette pièce sert de colonne vertébrale à partir de laquelle ce programme a vu le jour ; la sonate commence avec un ton si élevé et digne qu’elle semble suggérer que, même face à l’horreur de la guerre, l’humanité brillera encore et toujours. Le deuxième mouvement se poursuit avec un air plus ludique et a été communément comparé à celui de Pierrot Lunaire, le célèbre clown triste et torturé qui ne cesse de se languir, sans succès, pour son amour Columbine. Le dernier mouvement, qui se prolonge sans interruption à la seconde, est une fin éclatante et vibrante à cette pièce qui reprend les mêmes mélodies du premier mouvement et se termine avec une floraison triomphale.

Frank Bridge était un compositeur et chef d’orchestre anglais qui a écrit sa sonate pour violoncelle entre 1913-1917. Comme pour Debussy, la futilité de la Première Guerre mondiale réduisit Bridge à un désespoir absolu et se retrouvait à errer dans les rues de Londres, incapable de dormir ou de se reposer. C’est alors que l’idée de cette sonate lui est venue. Le style musical de Bridge change radicalement après cette sonate, ce qui suggère que le compositeur lui-même a subi un changement intérieur ; les effets dévastateurs et globaux de la guerre ont sapé les valeurs artistiques existantes qui ont peut-être poussé Bridge à commencer à composer dans un langage musical propre au XXe siècle après la guerre. Cette sonate pour violoncelle était donc l’une des dernières pièces de ce langage tonal qui existait avant la Première Guerre mondiale, et une méditation profonde et intime sur les effets de la guerre elle-même.

Francis Poulenc était l’un des principaux compositeurs des Six, un groupe de six compositeurs basé à Paris partageant l’objectif commun de détourner la musique française des formalités de style musical fortement influencées par l’Allemagne, et de favoriser une liberté d’écriture musicale afin de créer leur propre et unique style. Cette pièce a été écrite en 1948, peu après la fin de la Seconde Guerre mondiale. Poulenc s’est surtout fait connaître pour sa musique religieuse et chorale, à laquelle il s’est consacré à la fin de sa vie. Ainsi, le mouvement Cavatine de la sonate pour violoncelle est un hommage à sa musique chorale dans sa structure et sa tonalité méditative et chorale.

Entrée libre, réservation souhaitée :
Inscription en ligne
Rejoignez l’événement Facebook pour recevoir un rappel ! 

Programme

Frank Bridge (1879-1941)
Cello Sonata
I. Allegro bien moderato

Claude Debussy (1862-1918)
Sonate pour violoncelle et piano en ré majeur
I. Prologue: Lent, sostenuto e molto risoluto
II. Sérénade: Modérément animé
III. Finale: Animé, léger et nerveux

Gabriel Fauré (1845-1924)
Après un Rêve

Francis Poulenc (1899-1963)
Sonate pour violoncelle en
I. Allegro. Tempo di marcia
II. Cavatine. Très calme
III. Ballabile. Très animé
IV. Finale. Largo, très librement – Presto subito – Largo

Claude Debussy  (1862-1918)
Claire de Lune

Biographies

Acclamée par le New York Times comme un « delight », Christine Lee est une violoncelliste émergente de la génération actuelle, dont les performances l’ont emmenée partout en Amérique du Nord, en France, en Norvège et en Corée. Elle a reçu un baccalauréat et une maîtrise de la Juilliard School où elle a étudié avec Bonnie Hampton, Darrett Adkins et Richard Aaron, en tant que boursière. Elle a participé à des masterclasses avec David Geringas, Gary Hoffman, Jerome Pernoo et Philippe Muller, a étudié la musique de chambre avec David Finckel et Joseph Kalichstein. Elle a dirigé les orchestres de chambre Juilliard et d’orchestre d’opéra en tant que directrice de Carnegie, Davies Symphony, Avery Fisher et Alice Tully Halls, et a rejoint le Juilliard Orchestra en tournée avec Itzhak Perlman. À l’été 2016, Christine a cofondé un ensemble de musique nommé «Ensemble Blank», qui se concentre sur la création de musique du XXe siècle et dont les concerts ont lieu dans des musées d’art en Corée. Plus récemment, Christine a été sélectionnée comme boursière Fulbright pour étudier à Paris à l’automne 2017. Elle travaillera sur un projet axé sur la musique française du 20e siècle avec le violoncelliste de renom Michel Strauss.

Né à Nantes en 1995, Baptiste Tricot est admis au CNSMDP à l’unanimité et se forme dans la classe de piano de Roger Muraro et Isabelle Dubuis. Il y a obtenu son DNSPM et poursuit actuellement ses études en Master ; il a également travaillé avec Romano Pallottini et Billy Eidi. Il cherche à approfondir sa pratique musicale à travers l’étude de l’analyse et de l’histoire de la musique notamment, avec des professeurs tels que T. Lacôte, Y. Henry, G. Sutton, et une licence de musicologie obtenue à la Sorbonne. Il s’est produit à Nantes dans le cadre de la Folle Journée et au Théâtre Graslin, ainsi qu’à Paris, Saint-Maur et Pantin, seul comme en musique de chambre, et apprécie particulièrement le répertoire de mélodies et de lieder : avec le ténor Benjamin Athanase, il forme un duo qui a intégré la classe de Jeff Cohen au CNSMDP. Son goût de la transmission, qu’il cultive en tant qu’interprète, l’amène à s’intéresser également à la pédagogie.