Fondation des États-Unis | OPC, AMO, MOE, MOA… OMG !
24947
single,single-post,postid-24947,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
chaufferie-plan

OPC, AMO, MOE, MOA… OMG !

Mais qui sont ces personnes que l’on croise dans les escaliers, les couloirs, aux abords du chantier et dans les salles de réunion ? L’air tantôt préoccupé, tantôt satisfait, un ordinateur ou un dossier sous le bras, avec ou sans casque de chantier, tous œuvrent au bon déroulement du projet. Leur nom est parfois un acronyme, et le déroulé de celui-ci est souvent incompréhensible. Petite introduction aux métiers invisibles de la construction.

En premier lieu la MOA, la maîtrise d’ouvrage. On parle aussi du maître de l’ouvrage. L’ouvrage ici, est la Fondation des Etats-Unis et plus précisément le bâtiment et son maître en est la direction, soutenue par le conseil d’administration. C’est la direction de la Fondation qui a décidé du projet East Side Story.

Un maître d’ouvrage n’est pas toujours en mesure d’assurer seul la conduite du projet. En effet, de nombreux sujets techniques, juridiques ou financiers sont spécifiques à la construction. Il peut alors faire appel à un assistant à maîtrise d’ouvrage,  un AMO qui deviendra son « double » dans la conduite du projet.

L’AMO ne dessine pas le projet architectural pas plus qu’il ne définit pas les plans techniques. Il accompagne le maître d’ouvrage dans les grandes orientations programmatiques (que va-t-on réaliser) et stratégiques (quels parti-pris en faveur de l’environnement par exemple) du projet. Cet accompagnement démarre au tout début du projet et courre jusqu’à la livraison. Il  en couvre toutes les dimensions : organisation du concours architectural, consultation et mise en concurrence des assurances obligatoires, établissement des contrats qui lieront les différents acteurs du projet à la Fondation. L’AMO s’assure également que le projet est juridiquement irréprochable, tant dans le dépôt des autorisations administratives que dans la constitution d’une équipe de contrôle tout au long du projet : un contrôleur technique (CT) qui sera en charge de vérifier l’adéquation du projet avec les normes en vigueur, avec un coordinateur santé sécurité (CSPS) qui s’assurera que les conditions de travail des ouvriers sur le chantier sont conformes à la réglementation, un coordinateur SSI en charge plus spécifiquement du système de sécurité incendie. L’AMO assure de plus un suivi financier tout au long du projet.

La MOE intervient dès le concours architectural lancé et remporté par une équipe. C’est la maîtrise d’œuvre. Equipe pilotée par l’architecte, elle comporte des ingénieurs en charge de la structure, des fluides, de l’électricité ou encore de l’acoustique, mais aussi un économiste spécialiste de la construction. Ce sont eux qui vont dessiner jusqu’au plus petit détail le projet. Leur travail dure plusieurs mois et se traduit par un dossier épais d’une trentaine de centimètre composé de plans d’architectes, de schémas d’ingénieurs et d’un cahier des charges très précis qui sera remis aux entreprises qui réaliseront les travaux. L’économiste, quant à lui, élabore une estimation précise du coût du projet afin, d’une part, de calibrer les ambitions par rapport au budget dont dispose la MOA, et d’autre part, pour apprécier en connaissance de cause les devis qui seront présentés par les entreprises.

Pour le projet East Side Story, il a été décidé de consulter des entreprises en lots séparés plutôt qu’une seule entreprise générale. Ainsi 6 lots ont été identifiés, du gros œuvre à la menuiserie en passant par l’électricité ou la plomberie… Un appel d’offre a été lancé auprès de plusieurs entreprises. Les pièces de la consultation sont élaborées par la MOE et les pièces du marché (comme les contrats) sont rédigés par l’AMO.

Au terme de la consultation des entreprises et à l’issue des négociations, les contrats sont signés. Il faut à présent faire travailler tout le monde ensemble.

C’est là qu’intervient l’OPC : ordonnancement, planning et coordination. C’est un peu le chef d’orchestre du chantier. Il est indépendant de la maîtrise d’œuvre comme des entreprises. En maître du planning, il définit les séquences de travail de toutes les entreprises et donc de tous les corps de métiers. Son objectif est d’optimiser le calendrier afin que chaque métier intervienne au bon moment : qu’il n’y ait pas d’embouteillage sur une zone donnée par exemple, ou encore que le travail du peintre n’arrive pas avant que les murs soient posés. Pendant le chantier, la MOE est la gardienne de la qualité du projet, tant architectural que technique tandis que l’OPC est l’artisan de la bonne conduite des travaux.

 

Au générique d’East Side Story, les principaux acteurs :

MOA : Sophie Vasset et Anne Crémieux

AMO : Ana Duarte et Bertrand Phélippeau (OskaProd)

MOE : Hervé Leroy, architecte (Atelier Circonflexe Architecte), Noémie Sechet, Vincent Secoué, Alexandre Yvon, ingénieurs (Espace-Temps), Rémi Mercier, économiste (Agence F. Bougon), Alexandre Michelis, ingénieur structure (Delta) Alexis Trémeau, acousticien (Alternative)

OPC : Morci Chouchane et Alain Champenois (Mercure engineering)

CT : Valentin Martine (Qualiconsult)

CSPS : Bertrand Ganga (Bureau Veritas)

SSI : Patrice Chardeau (GLI)

MOE-MOA

 

A gauche, MOE et MOA se questionnant sur le bien fondé de choisir ce modèle de toilettes.