Fondation des États-Unis | Mardi 5 juin à 18h : Conférence – L’héritage de la Génération Perdue
22921
single,single-post,postid-22921,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
en tête

Mardi 5 juin à 18h : Conférence – L’héritage de la Génération Perdue

Dans le cadre de la 3ème édition du Paris New York Heritage Festival, en partenariat avec la Fondation des États-Unis et avec le soutien du Service Culturel de l’Ambassade des États-Unis d’Amérique, BL Music présente une conférence intitulée L’héritage de la Génération Perdue dans les Arts et la musique.

Intervenants :
Bobby Sanabria – Co-directeur artistique du Bronx Music Heritage Center, batteur, percussionniste, compositeur, arrangeur, arrangeur, éducateur, 7X nommé aux Grammy – Recording Artist comme leader.
​​Vincent Bouvet – Historien, Auteur de l’ouvrage « La Génération Perdue. Des Américains à Paris, 1917-1939 ».
Cheryl Ann Bolden– Artiste / Conservatrice et Directrice Artistique du « Museum Precious Cargo » – Musée et atelier éducatif et artistique itinérant dédié à l’histoire et à la culture Afro-Américaine.

Médiatrice :
Raina Lampkins-Fielder – Conservatrice, Directrice artistique et Historienne de l’Art spécialisée dans l’art contemporain et le spectacle.

Inscription préalable conseillée en suivant ce lien.
La conférence se déroulera en anglais et en français sans interprétation.

Pendant l’entre-deux-guerres, la Génération Perdue représentait un mouvement littéraire d’auteurs américains qui ont partagé leurs expériences entre une Amérique divisée et leur arrivée en France. Ce terme « Génération perdue » a été inventé pour décrire la désillusion ressentie par ceux – en particulier les jeunes – qui ont vécu la Première Guerre mondiale.

Au sein de cette génération, une communauté artistique afro-américaine influente s’est épanouie, avec des personnalités culturelles telles que Langston Hughes, Joséphine Baker, Duke Ellington et les Harlem Hellfighters qui ont contribué à l’évolution culturelle en France, notamment avec l’arrivée du jazz.

A cette occasion spéciale, Vincent Bouvet, historien et auteur, expliquera le terme de « Génération Perdue », qui regroupe de façon informelle ces intellectuels et artistes américains venus vivre à Paris durant les années 1920.

Écrivains, artistes, musiciens, tous auront vécu à Paris des expériences d’émancipation culturelle, raciale et de mœurs qui ont profondément marqué le monde contemporain.

Le maître musicien Bobby Sanabria du Bronx Music Heritage Center partagera l’histoire unique du 369th régiment, les Harlem Hellfighters dirigé par le lieutenant James Europe Reese. Ce groupe entièrement noir a été le premier groupe musical à exposer le public européen de la Première Guerre mondiale à la culture et à la musique afro-américaine à travers leurs performances de ragtime et de jazz précoce. Un fait peu connu était que le groupe comptait 18 musiciens portoricains qui influenceraient grandement la scène musicale de New York. Parmi eux, Rafael Hernandez, qui deviendra plus tard le plus grand compositeur de Porto Rico et le compositeur le plus aimé d’Amérique latine.

Enfin, Cheryl Ann Bolden, artiste et conservatrice américaine basée à Paris, partagera ses expériences et sa propre définition de la génération perdue.

Vous aurez l’occasion de discuter avec les intervenants et la médiatrice Raina Lampkins-Fielder, ancienne directrice artistique du Mona Bismarck American Center, qui animera la discussion.

Vidéo RFI : « Les Harlem Hellfighters, des poilus afro-américains dans la Grande Guerre »

Vidéo – Duke Ellington « It don’t mean a thing »

Vidéo – Joséphine Baker à Paris