Fondation des États-Unis | Du 12 au 14 avril : DbD Workshop #3
23995
single,single-post,postid-23995,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
photo lovelab copyright

Du 12 au 14 avril : DbD Workshop #3

Ce workshop a été créé par l’artiste américaine pluridisciplinaire Rachel Rosenthal, à Los Angeles. Il est ouvert aux comédiens, aux danseurs, ainsi qu’aux artistes de toutes disciplines, quel que soit le niveau d’expérience avec les arts du spectacle. Une bonne condition physique est nécéssaire.

La technique DbD (Doing by Doing) est une technique d’improvisation libre. Elle est formée d’une série non exhaustive d’exercices et d’expériences destinés à créer une matière chorégraphique reliant le mouvement, l’espace, les artifices, les accessoires, les costumes, la musique live et les lumières, avec le souci constant d’être juste, sur le fil de l’instant, en connexion avec ce qui nous entoure. La technique opère d’abord un déconditionnement auprès des participants et du groupe. Puis, elle invite à une totale liberté et à une ultra connectivité par des contraintes extrêmement précises et élaborées. L’artifice y détient une place importante et participe paradoxalement à une forme de mise à nu. L’artifice est en effet traité comme une matière de notre monde. Avec la technique DbD, les champs visuels, sonores, chaotiques et rythmiques du monde sociétal sont absorbés pour en extraire la moelle substantielle qui permettra de sculpter l’espace-temps de la performance. Les perceptions profondes du soi, de l’intime et du monde sont convoquées sur l’instant et se structurent via la composition instantanée multidisciplinaire avec l’autre, les autres, et le hasard. L’alchimie, la confrontation, le chaos ou le glissement s’opèrent parfois de manière euphorique mais toujours d’une façon solidement structurée. L’humour, la distance et la dérision impliqués dans le protocole en action rythment la structure de l’expérience et participent à son esthétique, propre et unique.

Travail du corps, en mouvement, dans l’espace, exercice de la voix, ouverture de l’imaginaire à travers des propositions de méditation, exploration de multitude de costumes, de décors, de trésors d’accessoires, musique live : les trois jours déclinent des temps de travail spécifiques qui permettent à chacun, depuis là où il est, de développer ses capacités et son savoir-faire. La trame du workshop, aux coutures si fines qu’elles ne peuvent être que méticuleusement pensées, articule ces temps de pratique au travail d’improvisations, amenant doucement mais sûrement le groupe vers la création de petits morceaux de théâtre total.

Le format même de l’atelier, par sa densité et son intensité, ouvre un espace à l’entraînement et à l’imaginaire, où la rigueur et l’apprentissage technique sont tremplins d’une vraie euphorie de création.

Nathalie Broizat est chorégraphe et interprète chorégraphique. En tant qu’interprète, elle travaille pour le chorégraphe Marco Berrettini (iFeel3, My Soull is my Visa) et fera partie de la prochaine création de Anna Gaïotti. Elle dirige la Compagnie Love Labo, une compagnie de danse-performance en résidence à la Fondation des Etats-Unis à la Cité internationale universitaire de Paris. Elle a vécu aux États-Unis pendant 10 ans après avoir étudié à l’Institut Laban / Bartenieff de New York en tant que boursière Fulbright. À New York, elle a joué dans des lieux tels que Movement Research, Danspaceproject, Dixon Place. Nathalie Broizat était membre de la Rachel Rosenthal Company pendant 6 ans à Los Angeles. Elle a également créé et interprété ses propres pièces dans des lieux tels que le MOCA, le Getty Center, le Redcat… Elle est revenue en France il y a 7 ans. En 2015, elle a hérité de la technique DbD (Doing by Doing) de Rachel Rosenthal, qu’elle développe dans la création et la pédagogie. Elle prépare son prochain projet, InstantT 2020 qui sera présenté pour le festival Ardanthé et le festival des Incandescences. Elle développe les workshops DbDs (Doing by Doing) dans le cadre artistique à la Fondation des Etats-Unis ainsi qu’au Centre National de la Danse (avril 2016) et prochainement au Centre Chorégraphique de Caen, ainsi que dans le cadre éducatif et humanitaire. Consultez sa bio complète ici.

Dates:

Vendredi 13 avril, 19h-22h
Samedi 14 avril, 10h-22h
Dimanche 15 avril, 10h-18h30

Frais de participation:

220€ (170€ pour les artistes, demandeurs d’emploi, RSA et situations particulières)
50€ pour les résidents de la CiuP (sur présentation de la carte de résident)
Possibilité de financement AFDAS, se renseigner rapidement auprès de la compagnie.

Informations et inscriptions:

infolovelabo@gmail.com ou www.lovelaboparis.com
Retrouvez Love Labo sur Facebook !