Fondation des États-Unis | Samedi 28 avril à 19h : Spectacle-Performance DbD
22495
single,single-post,postid-22495,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
DBD_visuel_02

Samedi 28 avril à 19h : Spectacle-Performance DbD

Ce spectacle présente une performance d’improvisation libre,
avec Charlotte Berthermet, Nathanaël Bez, Alexandre Bibia, Olivier Boréel, Charlotte Dechriste, Fabien Dymny, Lola Gonthier, Agathe Herry, Méli Leray, Mariana Montoya Yepes, Cassandre Moun, Marion Papirolles, Marie Simon, Arnaud Ménard, Anne Peufeuilhoux, Matthieu Welterlin.

Nous avons rassemblé du matériel, des accessoires, des costumes, nous avons fait des trouvailles dans les rues ; les gens jettent des trésors. Nous avons rassemblé des collections d’objets improbables, ancrés dans leur temps, des costumes, des vêtements, des tissus de rêve.

Se déploie un collage en quatre dimensions, au contenu parfois précis, analytique, drôle, parfois impressionniste et onirique. Il peut être profondément émouvant, même instructif, mais difficile à analyser, la façon dont les rêves sont. Les performers sentent qu’ils vont « ailleurs d’eux-mêmes », libres, transposant dans l’espace-temps les affres de notre monde contemporain ; en recherche d’authenticité, avec l’humour nécessaire au désir. Le processus est mystérieux et envoutant pour le public, autant que pour les performers. Tout se rassemble : les doutes, les peurs, les déceptions, les angoisses, mais aussi la joie de vivre.

Le DbD (Doing by Doing) est une technique qui se pratique sous forme d’ateliers-concept créés par Rachel Rosenthal et dirigés par Nathalie Broizat. Le DbD est né de « Instant Theater », une série de performances improvisées développées par Rachel Rosenthal dans les années 50 à Los Angeles.

Ce spectacle est l’aboutissement d’une semaine intensive de workshop dirigée par Nathalie Broizat avec des danseurs et comédiens professionnels.

Entrée libre, réservation souhaitée :
Inscription en ligne
Rejoignez l’événement Facebook pour recevoir un rappel !

Biographies

Nathalie Broizat, artiste chorégraphique et artiste de la performance, dirige la Compagnie Love Labo en résidence à la Fondation des Etats-Unis. Elle travaille également comme interprète pour le chorégraphe Marco Berrettini. Elle est formée comme danseuse puis diplômée d’une Licence en Arts du Spectacle à Paris 8. En 2000, elle reçoit la bourse universitaire Fulbright pour étudier à l’Institut Laban/Bartenieff de New York. Elle passe 3 ans à New York où elle se fait connaître dans le milieu new-yorkais du ‘Performance art’. Elle présente plusieurs solos dans des lieux tels que la Judson Church, Danspaceproject à la St Marc Church, Dixon Place et le Wax… Puis, elle part vivre à Los Angeles pour travailler avec Rachel Rosenthal, pionnière dans l’art de la performance aux Etats-Unis. Elle est membre de la compagnie pendant plus de 6 ans. Elle joue dans des lieux tels que le Getty Center, le Moca (Museum of Contemporary Art), Redcat et Highways Performance Space à Los Angeles. Elle est régulièrement invitée par l’Université du Mississippi pour des performances, des conférences et des workshops, et est invitée pour une performance solo au Single File Festival de Chicago. Nathalie Broizat est de retour en France depuis plus de 7 ans. Elle entame une deuxième création avec le chorégraphe Marco Berrettini, « My Soul is my Visa ». Elle dirige les DbD Workshops (Doing by Doing), un atelier de performance et une technique créés par Rachel Rosenthal, qu’elle développe dans le cadre de la création et de la pédagogie à la Fondation des Etats-Unis, mais aussi récemment au Centre National de la Danse, ainsi que dans les collèges et lycées.

« C’était fou. Mais logiquement né de mon immersion dans le bouddhisme zen, ma relation à Merce Cunningham, John Cage, Robert Rauschenberg et Jasper Johns, mon enthousiasme sur les écrits d’Antonin Artaud, et ma ferme conviction que nous pouvions tout faire, tout savoir, et faire sortir de nous-mêmes tout ce qui était nécessaire. Le contenu est parfois précis, analytique, drôle, parfois impressionniste et onirique. Cela peut être profondément émouvant, même instructif, mais difficile à analyser, comme le sont parfois les rêves. » Rachel Rosenthal, à propos du Instant Theater

Rachel Rosenthal (1926-2015) est une figure clé dans le développement de la performance interdisciplinaire aux Etats-Unis. Son travail incorpore la danse, le chant, la vidéo, les effets visuels et d’autres médias comme un moyen d’aborder des thèmes liés aux genres, à l’environnement et à la place générale de l’humanité sur la planète. Rosenthal a été une figure essentielle de l’art féministe à Los Angeles. Dès les années 60, elle a commencé à collaborer avec Miriam Schapiro et Judy Chicago et a contribué à fonder Womanspace Gallery en 1972. The Rachel Rosenthal Company, basée à Los Angeles, était à la fois un groupe de performance itinérante et un lieu où se déroulaient les DbD workshops, véritables laboratoires-concepts de performance, nommés « Doing by Doing » pour souligner l’apprentissage par la performance plutôt que la performance de l’apprentissage. Nathalie Broizat, artiste de la performance, a travaillé dans la compagnie de Rachel Rosenthal pendant plus de 6 ans. Elle développe désormais cette technique en France dans le cadre de la pédagogie et de la création, au sein de la compagnie Love Labo Performance.