Fondation des États-Unis | Mecredi 3 octobre à 19h : Vernissage – « American Dreams » de Lionel Tréboit
23004
single,single-post,postid-23004,single-format-standard,ajax_fade,page_not_loaded,,wpb-js-composer js-comp-ver-4.5.3,vc_responsive
HEADER sites

Mecredi 3 octobre à 19h : Vernissage – « American Dreams » de Lionel Tréboit

Rejoignez-nous à la FEU pour le premier vernissage de la saison, qui aura lieu dans le cadre d’Art-Hop-Polis ! Nous sommes très heureux d’accueillir l’exposition American Dreams de l’artiste Lionel Tréboit. L’exposition sera ouverte du 3 au 31 octobre.

« Dans le sillage des passants, j’ai voulu revisiter par la peinture les lieux emblématiques de Chicago et de New York à travers nos rêves américains. Spontanément, j’ai peint ces villes avec l’idée d’en réaliser des portraits plutôt que des paysages, des portraits de Chicago et de New York dans lesquels l’architecture apparaît comme sujet central. Alors que mes tableaux traduisent ma vision poétique et mélancolique de ces villes, les rêves américains se devinent dans le jeu de l’espace architecturé.

Messages subliminaux ou slogans ostentatoires, l’empreinte des symboles des rêves américains s’inscrit sur divers supports : architectures monumentales, sculptures urbaines, signalétiques et autres panneaux publicitaires qui se conjuguent dans une profusion d’images comme à Times Square. Icônes ou totems, ces images par leur intensité débordent du réel même de mes tableaux. Cette intensité, je l’exprime dans ma peinture en recourant à des couleurs acidulées ou couleurs d’un rouge vibrant. Elle symbolise l’énergie renouvelée de la ville américaine qui se dégage de nos rêves américains.

Ma pratique s’inscrit dans une démarche visant à transcrire le sublimé à partir d’images réelles : je prends des photographies pour réaliser ensuite des dessins plus subjectifs. Conçue à partir de la photographie et du dessin, ma peinture reflète au final une symbiose entre réel et imaginaire. Mes tableaux jouent avec l’impression première d’une image qui paraît évidente, mais dont l’évidence s’estompe lorsque le regard plonge dans l’œuvre. Cette ambivalence entre « réel et imaginaire » dans ma peinture fait écho à la puissance évocatrice des rêves américains dans notre imaginaire collectif. Afin de mettre en exergue un aspect particulier de la ville, j’ai ancré les passants et l’architecture dans des espaces distincts qui se répondent et parfois s’opposent : Ainsi, dans Flatiron Building, le parallèle entre les passants sur le passage piéton et l’architecture des buildings accentue la verticalité de New York. La banalité du macadam contraste alors avec l’exubérance et la monumentalité de l’architecture. Pour traduire les désirs de grandeur et de dépassement des rêves américains, j’ai fait ressortir le caractère massif et imposant des buildings qui dans ma peinture s’emboîtent comme les pièces d’un jeu de construction. Dans Wink, New York, en juxtaposant la silhouette d’un new-yorkais dans la pénombre à une affiche de la lumineuse Marilyn d’Andy Warhol, j’ai voulu marquer le décalage entre la réalité du quotidien et les mythes américains. Ces mégapoles sont aussi des attractions : Dans Jeu de miroir, Millenium Park, les passants jouent avec leur image et celle des buildings qui se reflètent dans la sculpture-miroir (Cloud Gate) d’Anish Kapoor. Ce désir de jouer avec la ville évoque le rêve d’innocence. Dans Tempo Chicago, les coureurs sont comme happés par l’apesanteur, à la poursuite d’une liberté au-delà des gratte-ciels, pour échapper à la pesanteur des buildings.

La dynamique que j’ai souhaité insuffler dans cette collection traduit mon désir de capter, à travers l’architecture, l’énergie sans cesse renouvelée qui anime Chicago et New York. Cette incompressible énergie en nous transportant dans l’imaginaire de la ville américaine ouvre une porte sur notre imaginaire, alors que les rêves américains nous interrogent sur notre avenir. »

~Lionel Tréboit, juin 2018

Biographie de l’artiste

Lionel Tréboit est un artiste peintre Français né en 1966. Diplômé des Beaux-Arts de Paris en 1989 il vit et travaille à Paris. Le paysage urbain est le sujet récurrent de sa peinture. Sa démarche consiste à transcender la réalité urbaine et à mettre à jour « une poétique de la ville ». Suivant les jeux de lumière, l’image semble tantôt surgir, tantôt se dissoudre. En effet, ses tableaux jouent avec « l’impression première d’une image qui paraît évidente, mais dont l’évidence s’estompe lorsque le regard plonge dans l’œuvre ». Espace urbain et figures humaines lui inspirent de nouveaux agencements de la réalité. Conçue à partir de la photographie et du dessin, sa peinture reflète une symbiose entre réel et imaginaire. Il expose en France, notamment en 2016 à l’Orangerie du Sénat, et aux Etats-Unis.

Horaires d’ouverture

Du lundi au vendredi de 10h à 12h30 et 14h30 à 18h.
Visite le soir ou weekend sur rendez-vous : contact@feusa.org

Le vernissage aura lieu le mercredi 3 octobre à partir de 19h dans le cadre d’Art-Hop-Polis, le art hopping de la Cité (suivez-nous également sur notre page Facebook). Découvrez le programme détaillé sur Citéscope en septembre.

Rejoignez l’événement Facebook pour recevoir un rappel !